| bio : brome band's biography / la biographie de brome
Toute les infos et biographie du groupe brome. Influences, historique, intention, enregistrement. The biography of the band brome. The story & recordings.
brome, groupe, band, biography, biographie, musique
50472
page,page-id-50472,page-template-default,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-1.3,smooth_scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.4,vc_responsive

bio

We are more than the sum of our experiences, yet the records we listen to, the cities we wander through, the books we read, the countries we visit constitute us. They shape our dreams and our sensibility; they seep into our DNA, forming a totality that is as intriguing as it is unique.

 

Take brome’s new album Grand bois, by multi-instrumentalist Timothée Demoury. It is the story of a life: of a musician from Nantes on the Loire with musical roots in indie, American post rock and the world of French chanson as redefined by Dominque A; of a self-taught poet/composer/performer whose music, following his relocation to Berlin, took on a tinge of grey skyscapes and urban energies, of beautiful feminine smiles of the East and of ethereal Nordic voices, before turning south to draw rhythms and primordial sonorities from the wellsprings of Africa.

 

Grand bois exudes a melancholy of voluntary solitude woven through by encounters: nine musicians of diverse backgrounds add their touch to these acoustic and electric arrangements. Grand bois is the great wood of the Haitian voodoo tradition – a place of cult worship, of Loa, of plant spirits. As Nicola Lo Calzo’s image on the album cover suggests, death is something that is with us always, inscribed within us. Let’s explore this thing that constantly evades our gaze, hiding at the fringes of our conscience: a buried universe, unsettling, populated by spirits – perhaps protective, perhaps menacing. Grand bois is a voodoo ceremony secretly glimpsed at the depths of a bayou, an experience poised between restlessness and joy.

 

Grand bois is also the longing to sing in French, to embrace poetry while absorbing its Anglo-Saxon heritage, in order to create music that retains traces of both electric spoken folk and pop, and of a rock music aware of its varied and complex origins. This is the motivation behind, say, the remake of a traditional Cajun song (Pa’ Janvier): to embrace the blend of languages and to absorb the roots of post rock no less than those of the old Mississippi blues.

 

Recorded in Berlin between the home and studio of Boris Wilsdorf (Einstürzende Neubauten) and mixed at the legendary La Land analogue studio in Kentucky by Kevin Ratterman (Shannon Wright, My Morning Jacket), Grand bois was born of a journey that perfectly frames the philosophy of its author, composer and interpreter as he moves forward, absorbs influences, and walks firmly down an unconventional path entirely his own.

 

Éric Pessan _ writer / english translation by Ben Niran

short presentation:

 

Brome is a project by Timothée Demoury, a French musician based in Berlin.

 

Somewhere between the gray hues of Eastern Europe, the rhythms of Africa, a DIY philosophy, American extravagance, the atmosphere and French accent of the Loire valley and the ethereal female voices of Scandinavia, Brome stands out in the francophone musical landscape – at a place where pop, chanson, electric spoken folk and post-rock meet.

 

Haunted by feminine voices, by half-protective, half-demonic spirits sent by the gods of nature to bring wisdom back to humans (or at least, to brome in its solitude…)

 

These tracks were recorded between the home and the studio of Boris Wilsdorf (Einstürzende Neubauten) in Berlin and mixed at La La Land Studio in Kentucky by producer Kevin Ratterman (My Morning Jacket, Shannon Wright).

brome live

bio

Si nous sommes bien plus que l’addition de nos expériences, les disques que nous écoutons, les villes que nous arpentons, les livres que nous lisons et les pays que nous visitons nous constituent. Ils forment notre sensibilité et nos rêves, intègrent notre ADN. Et cette somme est aussi singulière qu’unique.

 

Prenons Grand bois, le nouvel album de brome, projet du multi-instrumentiste Timothée Demoury, qu’y trouvons-nous ? Rien de moins que le chemin d’une vie : un musicien qui fait ses armes à Nantes en bord de Loire en écoutant tout à la fois du rock indé, du post-rock américain et la chanson française telle qu’elle a été redéfinie par Dominique A ; un auteur-compositeur-interprète qui déplace son univers à Berlin où il enrichit sa musique de grisailles, d’énergies, du sourire des jolies filles de l’Est et des voix féminines nordiques et éthérées avant d’aller puiser du côté de l’Afrique des rythmiques originelles et des sonorités aussi vieilles que la civilisation.

 

Grand bois c’est la mélancolie d’une solitude volontaire entrecoupée de rencontres : pas moins de neuf musiciens venus d’horizons différents ajoutent leurs touches aux arrangements (acoustiques comme électriques). Grand bois – dans le vaudou haïtien – est un lieu de culte, un Lwa élémentaire, ainsi qu’un esprit associé aux végétaux. Comme le suggère la photographie de Nicola Lo Calzo choisie pour la pochette de l’album, la mort nous accompagne, elle est inscrite en nous, alors partons explorer ce qui échappe au regard et se tient à l’orée de nos consciences : un univers enfoui, troublant, peuplé d’esprits dont on ne sait s’ils sont protecteurs ou menaçants. Grand bois est une cérémonie vaudou espionnée au fin fond d’un bayou, une expérience simultanément inquiète et heureuse.

 

Grand bois c’est également une volonté de chanter en français, d’accueillir la poésie en assumant son héritage anglo-saxon pour offrir une musique singulière tenant à la fois de l’electric spoken folk que de la pop ou d’un rock conscient de ses origines complexes et diverses. La reprise d’un traditionnel Cajun (Pa’ Janvier) va en ce sens : accueillir les métissages des langues, assumer les racines du vieux blues du Mississipi comme celles du post-rock.

 

Enregistré à Berlin entre la maison et le studio de Boris Wilsdorf (Einstürzende Neubauten) puis mixé dans le Kentucky, au mythique studio analogique La Land par Kevin Ratterman (Shannon Wright, My Morning Jacket) Grand bois est né d’un périple qui illustre parfaitement la philosophie de son auteur, compositeur et principal interprète : aller de l’avant, métaboliser les influences et cheminer sur une voie de traverse qui n’appartient qu’à lui.

 

Éric Pessan (écrivain)

Présentation courte :

 

brome est le projet de Timothée Demoury.

 

De sa ville actuelle, Berlin, il fait le centre de son univers unique et de ses ambitions musicales. Entre la grisaille et les jolies filles des Pays de l’Est, l’Afrique pour ces rythmiques et son côté bidouille, les USA et leurs folies, influence prépondérante en musique, la vallée de la Loire pour l’ambiance et le français, les pays nordiques pour les voix féminines éthérées, brome crée une musique originale dans le paysage francophone, entre pop, indie, electric spoken folk & post-rock.

 

Ces nouveaux morceaux, peuplés de voix féminines, mi anges protectrices mi démons, envoyées par des esprits et dieux de la nature qui ramèneraient la sagesse aux humains et en tout cas à brome et à sa solitude.

 

Ces derniers titres ont été enregistrés entre la maison et le studio d’Einstürzende Neubauten puis mixé aux USA au La La Land Studio par Kevin Ratterman (Shannon Wright, My Morning Jacket).

brome live

Ancienne bio :

 

Le brome est un élément chimique qui peut se retrouver sous forme de pâte caustique gris-rouge. Un corps simple, largement présent dans la nature. Deux définitions qui s’accordent à marquer les inspirations de la musique proposée par brome, alias Timothée Demoury. La sonorité du mot aussi lui plaît beaucoup, énormément.

 

Véritable boulimique de musique, brome trouve d’abord ses inspirations dans le rock indé US* et le post-rock des années 90 de Chicago à Louisville**, puis des classiques immuables*** ainsi que le vieux country-folk américain de la première moitié du 20ème siècle. Mais c’est tout naturellement qu’il se décide, avec ce projet, à apprivoiser, en musique, sa langue maternelle, le français.

 

Un jeu de guitare électrique au son clair ou distordu pose les bases d’une musique mélodique, teintée de minimalisme et de déviances rythmiques. Autour des guitares, les autres instruments tissent un univers singulier, une musique moderne, où rock, folk et pop se bousculent. La voix scande ou chante des textes directs délimitant les contours d’un univers onirique. Des souvenirs d’enfance, une nouvelle relation, un rêve étrange, la Loire, des rencontres, des paysages et des villes, la mélancolie, un étrange jardin en mouvement, une relation éloignée, la naissance des fantômes, l’intrusion de l’actualité dans la vie quotidienne… autant de thèmes abordés au milieu de décors poétiques, quasi cinématographiques.

 

Paar songs est le dernier EP de brome. Paar songs peut vouloir signifier “quelques chansons” ou “une paire de chansons” mais le mot paar évoque aussi “le couple”. La dualité des relations, le duo, voilà ce qu’explore ce nouvel opus. Le couple dans sa relation amoureuse, le couple homme et dieu, le couple les hommes et les dieux, les hommes avec les hommes…

 

La crue, l’album, c’est comme les eaux du fleuve qui débordent, ce peut être une personne, un événement qui modifie le parcours d’un individu, influe sur les directions d’une histoire, d’une action. Pour brome, la musique, c’est aussi créer du beau à partir du brut, du rugueux, du moins beau, de la part sombre des hommes.

 

Après un 1er album loin des abîmes enregistré par Bruno Green (Thomas Belhom, Santa Cruz, Miossec) en 2007 et masterisé par JJ Golden (Sonic Youth, Calexico, Shipping News, Rachel’s) sorti sur le label Sosei records, les sessions d’enregistrements des titres de ce second album la crue se sont déroulées de 2008 à 2011, entre Nantes et Berlin, avec des musiciens des scènes musicales des deux villes. Le mixage est finalisé par Timothée à Berlin en février 2011. Le mastering est opéré par Till Kreische à l’EchoSchall studio de Berlin. Pour paar songs dont les chansons sont issues des mêmes sessions que la crue, avec quelques compléments sur l’année 2012 ; Florian Frenzel opère le mastering au Funkstudio à Berlin en février 2013.

 

Brome a beaucoup joué en live, que ce soit en France, en Allemagne et en Belgique, souvent en solo mais aussi sous différentes formules (du duo au quatuor). Pour paar songs & la crue live, le trio guitare-chant, batterie & basse reste la formule la plus libre et complète.

 

Brome a reçu le soutien de Musique et Danse en Loire Atlantique, l’Arc de Rezé, la Région des Pays de la Loire, Le Jam de la Chapelle sur Erdre, le Terminus 3 de Saint Herblain pour la création du spectacle trio de la crue.

 

*Low, Smog, Palace Brothers, Pavement, Codeine…

**Tortoise, June of 44, Shipping News, Slint, Joan of Arc, Rachel’s…

***Neil Young, Tom Waits…